mrminiver (mrminiver) wrote,
mrminiver
mrminiver

Алжир отказывается забирать своих граждан из испанской тюрьмы

Алжир отказывается забирать своих граждан из испанской тюрьмы, где те содержатся за нелегальное пересечение границы. И это даже не смотря на то, что у обезьянок есть документы об алжирском подданстве, которые они обычно "теряют". Ядро армии аллахуакбаров заточено на важные задачи в Европе по уничтожению белой расы и белой цивилизации.

https://www.dreuz.info/2018/01/02/arme-dinvasion-lalgerie-refuse-de-reprendre-ses-ressortissants-qui-ont-migre-illegalement-en-europe/?utm_content=bufferc0f8b&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer
En 2017 le nombre des « migrants » arrivés clandestinement sur les côtes espagnoles directement d’Algérie, surtout de la région d’Oran, située à moins de 150 kilomètres, a triplé : 21.468 contre 6046 en 2016.

Les quelques centres de rétention étant pleins, les derniers cinq cents migrants avaient été « accueillis » dans la prison d’Archidona, près de Malaga, dans la province d’Andalousie, dans des conditions déplorables, selon les ONG locales.

Ces citoyens algériens sont détenus depuis le 20 novembre et le resteront jusqu’au 18 janvier. Où iront-ils ensuite ?

L’Algérie refuse le retour de ces « migrants », qui sont pourtant en possession de leurs papiers d’identité algériens et dont certains peuvent même payer leur rapatriement.

Le gouvernement algérien interdit même aux familles de certains migrants d’intervenir afin de financer leur retour.

Le ministre de l’intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido, tient un langage bien différent de celui de notre ministre Gérard Collomb :

« Nous ne pouvons accepter que ces personnes restent en liberté sous le prétexte qu’arrivant en bateaux nous pouvons et devons les sauver. »

L’administration pénitentiaire espagnole indiquait que des violences s’exerçaient parmi eux et le résultat ne s’est pas fait attendre, le premier mort vient d’être enregistré, un adulte de 36 ans.

Il est à craindre que ce ne sera pas le dernier.

Interrogés, quelques migrants algériens déclarent avoir pris la décision de partir par tous les moyens devant l’impossibilité d’espérer obtenir un visa régulier par l’ambassade de France, totalement débordée par l’afflux de demandes. (Plus de 600.000 à fin 2017, contre 400.000 en 2016).
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments